L’autoformation est une pratique sociale bien ancienne et présente dans toutes les cultures. Contraire aux connotations données au préfixe « auto » comme « individuel » ou la formation « en solo », l’autoformation renvoi plutôt à l’appropriation du sujet de son pouvoir de formation dans l’accès, la connaissance de soi et par soi, avec et par les autres.

A Contrevent l’autoformation trouve son sens dans les besoins des concernées, acteurs et actrices de la recherche de se rendre autonomes du système, des formes d’apprentissage et contenus transmisses par les institutions traditionnelles (École, Université, etc).

Développer des pédagogies alternatives d’autoformation comme l’arpentage ou les ateliers de lecture collective permettent de sortir de rapports compliqués à la lecture et aux ouvrages qui ne seraient réservés qu’à certain-e-s, mettre en relation les vécus ou de leur confrontations des groupes, construire du sens à des réalités partagées et de la transmission collective de savoirs.

Au fils de ces dernières années, nous avons réalisé :

Cycle sur la mémoire des banlieues et des luttes des immigrations
Cycle sur les Prisons
Cycle sur l’autorité
Cycle sur Fanon
Cycle sur Césaire