Il y a 70 ans, en 1946, la Martinique, la Réunion, la Guadeloupe et la Guyane accédaient au statut de département français. Cette départementalisation s’accompagnait alors d’une visée politique claire : l’égalité républicaine. 70 ans après, force est de constater que les inégalités sont toujours belles et bien réelles, bien qu’elles aient évolué. Plusieurs mouvements sociaux ont traversé les décennies jusqu’à aujourd’hui, attestant de la recherche d’une égalité toujours en chantier.

Dans ce contexte se sont construits les parcours de vie de domien.ne .s. Pour un certain nombre d’entre eux, leurs trajectoires sont marquées par l’immigration en Métropole. Étudiant.e.s, travailleur.euse.s du milieu hospitalier, des administrations et de l’armée ou encore artistes, les domien.ne.s sont arrivé.e.s (et à arriver encore aujourd’hui) dans la région grenobloise. À partir de leurs histoires, de leurs héritages, de leurs spécificités, iels ont contribué localement à la vie culturelle, politique, sportive.

Pour autant, les domien.ne.s soufrent d’une certaine invisibilisation, leurs histoires et réalités étant méconnues des concitoyens métropolitains. De plus, au delà de ce besoin de visibilité, se pose des question liées à l’expression politique des Outre-France sur les questions qui les concernent en premier lieu (inégalités sociales, chômage endémique, lacunes de certaines services publics dans les territoires d’origine). Alors que les dynamiques collectives dans ces communautés ont tendance à se « folkloriser », il y a aujourd’hui besoin d’analyser les causes et les effets des inégalités qui structurent toujours la situation des Outre-France, afin de faire émerger des revendications spécifiques.

Partant de ce constat, notre association propose ce projet « Outre-France : de l’égalité rêvée aux inégalités réelles ». Construit dans une démarche ascendante, il a pour objectifs principaux de :

  • créer les conditions à la production d’analyses collectives sur la condition citoyenne spécifique des ressortissants des Outre-France, et ce par les premiers concernés ;
  • rendre visible ces analyses auprès du plus grand nombre, sous des formes accessibles/populaires (notamment la vidéo) ;
  • contribuer à la prise en compte par les institutions des éléments/revendications résultant de ce travail d’enquête et d’analyse collective ;
  • inscrire la mémoire et la présence des Outre-France dans le patrimoine socio-historique et culturel de la région grenobloise.
En août 2016, sous un beau soleil, nous avons organisé le Tournoi de l'Amitié, pour renouer avec 
l'esprit de solidarité entre les communautés issues des Outre-France et d'ailleurs sur Grenoble 
et sa région. En partenariat avec l'association Kaladja, groupe de musique Gwo Ka caraïbéenne.