Quizz Afro-féministe avec réponses

Dans le cadre du cinéma/ débat avec Amandine Gay et de la sortie au cinéma de son film « Ouvrir la Voix », Contrevent vous propose le jeux concours « Quizz Afro-féministe ». Envoyez vos réponses avant le 31 octobre à bonjour@asso-contrevent.org et gagnez le dernier ouvrage de Leonora Miano « Marianne et le Garçon Noir » ! Tirage au sort parmi les réponses correctes, 3 exemplaires à disposition.

A, b, c ou plusieurs ?

1. Selon l’INSEE (enquête emploi 2013), combien de fois les femmes immigrées ont-elles de chances d’être au chômage par rapport à un homme non-immigré ?

A. 3 fois plus

B. 2 fois plus

c. impossible à savoir

2. Dans quel secteur de l’économie se trouvent majoritairement présentes les femmes immigrées ou issues de l’immigration postcoloniale ?

A. Les emplois de services directs aux particuliers (assistantes maternelles, aides ménagères pour les personnes âgées, femmes de ménage, etc.)

B. Les emplois peu qualifiés des activités de service (restauration, hôtellerie, nettoyage, etc.),

C. Les emplois du tertiaire à la chaîne: télémarketing, caissières, etc.

D. Les emplois intermédiaires : administratifs, cadres, secteur associatif, animation

3. Combien femmes immigrées ou issues de l’immigration postcoloniale nées et socialisées en France et actives occupent de postes à temps partiel ?

A. 25%

B. 37%

C. 42%

4. La Coordination des Femmes Noires est…

A. Le groupe de femmes africaines de l’association d’étudiant-e-s étranger-e-s de Science Po

B. Un mouvement de femmes noires africaines et antillaises en France, dans les années 1976-1980

C. L’équipe qui coordonne le Festival Nyansapo à Paris

« Qui je suis ? »

1. Écrivaine française, Grand Officier de l’Ordre National du Mérite (2011), Commandeur de l’Ordre National du Mérite (2007), Chevalier de l’Ordre de la Légion d’Honneur (2004), Commandeu­r de l’Ordre des Arts et des Lettres (2001). Elle préside le Comité pour la mémoire de l’esclavage créé en janvier 2004 pour l’application de la loi Taubira qui a reconnu en 2001 la traite et l’esclavage comme crimes contre l’humanité.

A. Élisabeth Allaire

B. Béatrice Didier

C. Maryse Conde

2. Patineuse artistique au palmarès impressionnant (10 fois championne de France, et seize médailles en Grand Prix). Elle est le sujet d’un documentaire « Rebel On Ice ». Elle a été entraîneure sportive à Las Vegas puis à Minneapolis.

A. Vanessa James

B. Berenice Meite

C. Surya Bonaly

3. Femme de lettres française, ayant notamment remporté le prix Femina en 2001 pour « Rosie Carpe », et le prix Goncourt en 2009 pour « Trois Femmes

A. Fatou Diome

B. Marie D’diaye

C. Leonora Miano

4. Première femme noire à étudier à la Sorbonne, cette martiniquaise était une fervente militante du droit des noirs et des femmes. Elle répétait inlassablement : « Black is beautifull ». Ses salons littéraires tenus avec ses sœurs inspirent beaucoup d’intellectuel-le-s. Elle a contribué à jeter les bases du courant de la Négritude.

A. Paulette Nardal

B. Julie-Victoire Daubié

C. Marie Curie

5. Écrivaine, poétesse, cofondatrice, en 1941, avec son mari et René Ménil de la revue Tropique. Elle participe activement aux mouvements féministes (Union des Femmes Françaises), défend les causes humanitaires. Elle était surnommée « Panthère Noire ».

A. Suzanne Lacascade

B. Suzanne Cesaire

C. Mireille Fanon

Reliez les mots à leur explication

  1. misogynoire
  2. colorblind
  3. négrophobie
  4. white saviour
  5. gniafou
  6. black
  7. négrophilie
  8. intersectionnalité
  9. colorisme
  10. cheveux crépus

A. Créé par Kimberlé Crenshaw en 1991, ce terme désigne la situation de personnes subissant simultanément plusieurs formes de domination ou de discrimination dans une société (classe, genre, race, orientation sexuelle, handicap…)

B. Au sein-même de différentes communautés, hiérarchisation de la couleur de peau. La teinte la plus claire et le type de cheveux plus lisse étant valorisés, la teinte la plus foncée et les cheveux les plus crépus étant dévalorisés. Héritage du colonialisme.

C. Terme raciste insultant envers des femmes/filles noires considérées comme vulgaires et bruyantes, qui s’éloignent des stéréoptypes de la femme blanche et douce.

D. Tendance à fétichiser (a-do-rer) les personnes noires/afro-descendantes et leurs cultures. Souvent accompagnée de « réappropriation culturelle » (tenue, coiffure, danses…)

E. Mélange de sexisme et de racisme qui touche spécifiquement les femmes noir-e-s (hypersexualisation, animalisation, dénigrement, moquerie…)

F. N’hésitez pas à dire « noir-e », ce n’est pas une insulte, pas plus que « blanc-he », ce sont des catégories socialement construites.

G. Racisme qui vise spécifiquement les personnes noires d’origine africaine subsaharienne

H. En Occident, ils fascinent ou répugnent, ils sont souvent moqués ou imités (perruques). Personne n’a à les toucher sans consentement, ou sinon…

I. Il arrive pour arracher les femmes racisé-e-s à leur communauté (forcément) sexiste et oppressive. Il va les emmener vers la liberté sur son cheval blanc. Terme ironique.

J. Personne souvent blanche qui revendique ne pas « voir les couleurs » (souvent avec bonne intention) et donc nie les privilèges qu’il-le peut avoir et les discriminations que d’autres subissent.

A8, B9, C5, D7, E1, F6, G3, H10, I4, J2

COMPLÉTEZ !

Complétez le texte avec les mots suivants. Attention, il y a des mots en trop !

injonction – inacceptable- douce(s) – misogynoire – un foulard – du mouvement – importante(s) – surexposition – critères – considérées – femme(s) – blanche(s) – tchiiiip – incroyable – patriarcale – institution – étonnant – une afro – l’antiracisme – solidaires – l’accepter – l’avortement – vendre – stérilisations- prioritaire(s) – de beauté – l’ôter – exploitation – inégalitaire

« Je décide des luttes que j’investis, chère Madame, lui dis-je, je refuse toute 1.injonction à quelque lutte que ce soit, mais pour moi, le dernier mot revient à la femme. Aucune 2.institution, aucune personne ne devrait obliger une femme à porter 3.un foulard ou à 4.l’ôter. »

« Là où les femmes blanches doivent lutter contre la 5.surexposition de leurs corps (pour nous 6.vendre un yaourt il faut le faire avec le corps d’une femme, de préférence nu) nous, femmes noires, devons lutter pour la reconnaissance de nos 7.critères de 8.de beauté (cheveux naturels crépus, nez épaté, etc). Et quand les féministes 9.blanches luttaient pour le droit à 10.l’avortement, des femmes noires subissaient des 11.stérilisations forcées. »

« Nous vivons dans une société 12.patriarcale et devons faire face au sexisme et à la misogynie, comme toutes les femmes, mais quand on est une femme noire, s’y ajoute la 13.misogynoire provenant des hommes quelque soit la couleur de peau, mais aussi des femmes blanches. Nos luttes ne semblent pas 14.prioritaires au sein de 15.l’antiracisme où, quand nous sommes confrontées à nos frères, ils attendent de nous d’être 16.solidaires avec eux et de patienter pour l’égalité femme/homme. Nos luttes à nous, femmes noires, peuvent et doivent attendre – et c’est tout simplement 17.inacceptable »

Extraits de :

« Ce que l’intersectionnalité signifie pour moi – Un point de vue situé » , par Ndella Paye. Les Mots Sont Importants, juin 2017

 

Facebook